Star Trek Into Darkness

Alors que Kirk vient de se faire rétrograder par ses supérieurs Starfleet est attaqué par un de leur ancien agent. L’Enterprise part à sa recherche…

Avant de commencer, je ne connais pas l’univers de Star Trek… Impossible de dire s’il est respecté ou non. Le premier film ayant utilisé une histoire spatio-temporelle, quelques libertés ont sûrement été prises. Ici, comme dans le premier opus, on repart avec un capitaine immature, qui va gagner le respect de son équipage…

Le film débute en pleine action avec Kirk en mauvaise posture. Un volcan est sur le point d’exploser, ils sont pourchassés… Le temps peut-être de nous remettre en tête qui est qui et d’offrir une petite intrigue avant de lancer l’histoire principale.

Dans une première partie je vais essayer de faire un commentaire habituel en ne rentrant pas dans les détails, et dans une seconde partie, je détaillerai plus afin de montrer à quel point ça tourne en rond et que ça n’a ni que ni tête…

L’histoire commence avec Kahn qui s’en prend à Starfleet. Interprété par Cumberbatch, c’est peut-être l’un des rares à s’en sortir, offrant un méchant avec ce qu’il faut de muscles et ce qu’il faut de cerveau. L’interprétation est bonne et permet de donner, dans une juste mesure, une crédibilité à l’intrigue avec le pourquoi du comment de sa vengeance.

Que dire de plus, on est dans l’espace, ça se bat entre humains et cela a comme conséquence de créer quelques dégâts sur Terre. Pas très longtemps puisque tout est bien qui finit bien.

Je simplifie ?

Pas tellement, car quand on se balade dans l’espace, on s’attend à voir des paysages différents, voir des extraterrestres ? Des intrigues politiques dans un contexte d’une guerre imminente avec les Klingons ? Eh bah non !

Alors pendant quelques secondes, après qu’il est hotté son casque, on aperçoit la tête d’un Klingon…  De temps en temps, on peut aussi voir quelques extra-terrestres dans le cockpit de l’Enterprise. Cockpit que vous connaitrez par cœur à la fin du film. Pas de jungle, pas de planète explorée, mais bien les jolis murs tout blancs et tout lisses du vaisseau.

Les membres d’équipage ont des coupes impeccables et des jolis uniformes alvéolés comme ceux des super-héros. Tout comme les murs, ce n’est pas quelques explosions qui vont nous gâcher notre plaisir esthétique.

En abordant le sujet, les effets spéciaux sont jolis, les scènes dans l’espace bien qu’assez confuses pour le spectateur sont réussies. La sortie en scaphandre par contre me laisse un peu sur ma faim. A mon gout, ça manque un peu trop de « réalisme mécanique ».

A noter quelques touches d’humour avec S.Pegg qui fait le pitre mais dont l’accent est peut-être un peu trop poussé. Un peu d’amour aussi ? Avec Spock et Uhura ou bien Kirk et la fille de l’amiral ? Z.Quinto en Spock arrive à faire ressortir le flegme vulcain, néanmoins son jeu est assez hétérogène et l’interaction avec l’histoire ou les personnages donnent le sentiment qu’il y a quelque chose qui cloche et qui se ressent.

Le rythme est assez bon, la réalisation donnant l’impression qu’il se passe toujours quelque chose. Au milieu du film, pour ma part, j’ai commencé à souffler et à réellement m’ennuyer : c’est rare !

La musique ne m’a pas semblé très variée.

Bref, je termine cette première partie comme je le ferai habituellement avec un film qui offre une jolie coquille mais qui donne un sentiment de vide intersidéral.

Vu en VOst le 12/06/13, jour de sortie. (2h10)

Pour ceux qui ont envie d’en savoir plus et qui se moquent d’apprendre quelques éléments de l’histoire, pourquoi suis-je assez méchant avec ce film ?

Manque de profondeur, de crédibilité, d’acteurs arrivant à être à la hauteur de ce qui se passe dans l’histoire…

Par exemple, la première intrigue où Kirk se fait rétrograder et perd le commandement de son vaisseau : à quoi bon ? Ça permet juste de réaliser une scène dans un bar où le mentor de Kirk, figure paternel stéréotypée à fond, apprend à notre ex-capitaine qui a les larmes aux yeux, qu’il peut rester sur l’Enterprise en tant que second. Mais voilà, ce brave homme meurt obligeant Kirk (c’est dur) à reprendre le commandement du vaisseau… Le tout en 5 minutes ! Je passe sur Spock découvrant la peur en se connectant à l’esprit du mourant avec un gros plan digne des misérables.

Je pourrais parler de Kahn : bien que génétiquement modifié, il a bien de la chance face à une dizaine d’ennemis, de ne pas se prendre un seul tir alors qu’il est, mais alors complètement, à découvert. A côté de ça, le commando de Kirk est dépassée par ces même Klingons qui se prennent une rouste par Kahn…

Au début du film en parlant de Kahn, on voit que son sang est utilisé pour sauver la vie d’une petite fille. En souriant, je me dis : « Ohh ils ne vont quand même pas nous faire le coup du héros qui va mourir mais qui va être sauvé par le sang du méchant… » ? Et, après une centaine de minutes, on n’y coupe pas !

Parlons aussi de Scotty qui se balade tranquillement dans un vaisseau de l’amirauté. Dernier fleuron de la flotte, spécialisé dans le combat avec toutes sortes de capteurs, dont ceux pour pouvoir téléporter un objet ou une personne… Eh bien là, on n’arrive pas à trouver un chef mécano, courant et beuglant… Alors qu’il suffit de vider l’oxygène de tout le vaisseau excepté dans le cockpit pour en terminer. Au lieu de ça on envoie un gorille.

Il y a de toute manière un souci avec la téléportation dans le film. Exemple avec Uhura, alors qu’il y a des marines dont c’est le boulot, elle se téléporte sur le toit d’un vaisseau à pleine vitesse pour sauver son homme. Pourquoi ne pas avoir téléporté Spock ainsi que Khan dans le vaisseau ? On pourrait aussi parler de la scène d’ouverture où bien que le volcan puisse empêcher la téléportation de Spock, il n’empêchait en rien celle de Kirk…

Bon il y a aussi la fille de l’amiral qui se retrouve clandestinement sur l’Enterprise pour pouvoir faire jouer le « Si tu détruis le vaisseau papa, sache que tu me tues par la même occasion »… Franchement ! Et puis pourquoi détruire l’Enterprise ?  Le but de l’amiral est de tuer Kahn, non ?

S’il avait pris le temps de discuter ne serait-ce que quelques minutes avant de lancer les hostilités… Non, franchement c’est idiot car 5 minutes après, Spock qui aurait pu y penser plus tôt, appelle son soi du futur pour apprendre que Kahn n’est pas un gentil bonhomme. 5 min, c’est ce qu’il aurait fallu pour que tout le monde soit content autour d’un café à regarder Khan en cellule. Non m’sieur, faut que ça pète !

Ça pète mais seuls les mécanos, semblent mourir dans d’atroces souffrances et semblent subir les dégâts d’un combat spatial… Rassurez-vous, aucun personnage principal ne meure dans le film !

Bref vous allez me dire que ces dernières lignes pourraient être faites pour bien des films et qui plus est, que j’ai bien mieux noté. Et c’est vrai !

La différence c’est qu’ici c’est très flagrant, je pourrais continuer à citer un tas d’exemple entre les déjà-vu, les incohérences et autres travers…

Quand on voit qui réalise, l’argent utilisé et le résultat: tout est dans le visuel…

Le prochain Star Wars part mal, alors que j’étais l’un des rares à être content d’un 7ème… Espérons qu’il soit mieux entouré pour le scénario.

2 thoughts on “Star Trek Into Darkness

  1. J’ai un penchant pour les films de J.J. quand il écrit le scénario de ses films, la ce n’est pas le cas.
    Je dois malheureusement approuvé toutes tes avis sur le film.

    Typique films à effets spéciaux américains. Tout est dans le visuel.

    Je crois que le coup du gentil qui meurt et reviens miraculeusement a la vie m’a tué.
    Petit rappel : Le vaisseau se fait mitrailler et clairement « défoncer » par celui de l’amiral Marcus. Les employés du vaisseau meurent un par un, tous sont terrifiés sauf un, le médecin. Il arrive a garder son calme (qu’il n’a jamais perdu en fait) et à continuer de travailler sur le sang de Khan, car ça « l’intriguait ». Et grâce a cet acte, il à pu sauver Kirk.

    Si je sais que je vais mourrir dans 2 minutes, j’arrête de bosser sur un thème qui n’aidera pas à sauver le vaisseau … 😀

    Bref …

  2. Pingback: Les Gardiens de la Galaxie | Twinsun Cinema

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *